Actualité / Actualité de la santé

Méthode RABC - Guide de mise en oeuvre

25 janvier 2019

Depuis la parution de la première version du guide en 2011, de nombreux changements sont intervenus dans le monde de la blanchisserie hospitalière. Le mot d’ordre qui a présidé est celui de regroupement : regroupement de moyens, regroupement géographique, regroupement des fonctions managériales. Ce mouvement de regroupement accompagne la recomposition hospitalière en groupements hospitaliers de territoire. Ce phénomène est associé à un accroissement des exigences dans les performances tant en productivité qu’en qualité de service et en sécurité pour le patient. En effet, les patients admis dans les hôpitaux sont plus sévèrement atteints, donc plus vulnérables au risque infectieux inhérent au soin et à l’environnement du soin. Ainsi de nouveaux risques épidémiques émergent du fait de bactéries devenues insensibles aux antibiotiques, d’anciennes maladies parasitaires refont surface, et apparaissent des épidémies par des germes environnementaux très communs pouvant être apportés par le linge traité, comme Bacillus cereus.
Dans ce contexte, la norme européenne qui porte la méthode RABC est révisée. Une des principales nouveautés réside dans la nécessité de qualifier les process de lavage utilisés, ce qui consiste à démontrer leur efficacité pour obtenir le résultat bactériologique souhaité.
Deux options s’offraient aux rédacteurs de la norme : faire qualifier de façon centralisée un process univoque qui s’imposerait à tous au mépris des différences de contexte sur le terrain, ou bien laisser localement la possibilité à chaque acteur de se responsabiliser en lui demandant de qualifier lui-même le process qu’il a choisi d’utiliser. Bien sûr, il est possible d’utiliser un process « clé en mains », avec l’avantage d’un résultat garanti. Mais cette uniformité se ferait au prix d’une totale rigidité dans les pratiques, surfaites dans certains cas, et au prix d’une absence de choix. En conséquence : perte de la maîtrise des coûts et des impacts environnementaux, notamment au travers des rejets.
Un tel dispositif « standardisé » peut convenir à un groupe d’établissements homogènes en volume de production et en type d’activité. L’esprit qui a finalement prévalu dans la rédaction de la norme européenne a pris en compte la diversité des situations et des besoins que l’on observe en France en particulier, depuis la blanchisserie de maison de retraite jusqu’à la blanchisserie centrale d’un groupement
hospitalier de territoire. Cette option s’appuie sur la confiance dans le professionnalisme et le sens des responsabilités des acteurs sur le terrain.
C’est pourquoi ce guide, plus étoffé que sa précédente version, se veut plus pédagogique et plus pratique encore, afin de diffuser l’application de la méthode RABC dans toute la profession, à toutes les échelles de pratiques.

Source : URBH, CTTN IREN, janvier 2019

Envoyer un message à un ami : X
code

Nos domaines d'activité

Selectionner un domaine
Accueil du patient Activités interventionnelles Bientraitance Biomédical Bloc opératoire Continuité des soins Développement durable Dossier patient Droits du patient Education thérapeutique EPP Fin de vie Fonctions logistiques et infrastructures Gestion des ressources financières Gestion des ressources humaines Identification du patient Imagerie médicale Information du patient Laboratoire Management de la qualité et de la sécurité des soins Offre de soins Organismes institutionnels Outils et méthodes Qualité et Gestion des risques Pilotage interne Prise en charge de la douleur Prise en charge médicamenteuse Prise en charge nutritionnelle Prises en charges particulières Projet de soins personnalisé Psychiatrie Qualité et sécurité de l’environnement Risque infectieux Risque transfusionnel Risques professionnels Santé publique Satisfaction des usagers Sécurité des biens et des personnes Sortie du patient et coordination de la prise en charge Spécialités SSR Stratégie de l’établissement Système d’information Urgences