Actualité / Actualité de la santé

Psychiatrie - Charte pour informer les patients de leurs droits

2 avril 2019

Des représentants de directeurs, praticiens et usagers en psychiatrie publique et privée portent une charte destinée à être affichée dans chaque chambre d’hospitalisation, afin d’informer les patients de leurs droits. Elle s’appuie sur des recommandations du CGLPL afin d’harmoniser les "règles de vie" parfois très variables entre établissements.

Cette charte est destinée à être affichée dans chaque chambre d’hospitalisation, afin d’informer les patients de leurs droits. Elle s’appuie sur des recommandations du CGLPL afin d’harmoniser les « règles de vie » parfois très variables entre établissements.

Cette charte sur les conditions de séjour dans les unités d’hospitalisation de psychiatrie, élaborée à l’initiative de l’EPSM de l’agglomération lilloise à Saint-André (Nord), est aujourd’hui portée par les principaux représentants de la psychiatrie publique et privée. Parmi les porteurs de ce document, destiné à être affiché dans chaque chambre d’hospitalisation, figurent notamment la FHF et la FHP-Psychiatrie, l’Association des établissements du service public de santé mentale (Adesm), les conférences nationales des présidents de commissions médicales d’établissement (CME) de CH, de CHU et de CH spécialisés et l’Association nationale des psychiatres présidents de CME des centres hospitaliers (ANPCME). L’Association française des directeurs des soins (AFDS), ainsi que l’Association nationale des responsables qualité en psychiatrie (ANRQ-Psy) sont aussi promoteurs de cette initiative. Enfin, sont parties prenantes également l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) et la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (Fnapsy).

L’objectif poursuivi est de « promouvoir des conditions d’hospitalisation en psychiatrie basées aujourd’hui sur le parti pris de disposer a priori des libertés aussi essentielles que celle d’aller et venir, d’utiliser son téléphone portable ou de recevoir des visites ». La charte rappelle aussi les « règles de vie » dans l’unité (modalités des visites, des repas, etc.), certaines interdictions mais informe aussi les patients des recours possibles lorsqu’ils estiment que leurs droits ne sont pas respectés. Il est ainsi précisé qu’ils peuvent saisir la commission des usagers de l’établissement, la commission départementale des soins psychiatriques (CDSP), le juge des libertés et de la détention (JLD) ou le contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL).

Source : Ministère des Solidarités et de la Santé, mars 2019

Envoyer un message à un ami : X
code

Nos domaines d'activité

Selectionner un domaine
Accueil du patient Activités interventionnelles Bientraitance Biomédical Bloc opératoire Continuité des soins Développement durable Dossier patient Droits du patient Education thérapeutique EPP Fin de vie Fonctions logistiques et infrastructures Gestion des ressources financières Gestion des ressources humaines Identification du patient Imagerie médicale Information du patient Laboratoire Management de la qualité et de la sécurité des soins Offre de soins Organismes institutionnels Outils et méthodes Qualité et Gestion des risques Pilotage interne Prise en charge de la douleur Prise en charge médicamenteuse Prise en charge nutritionnelle Prises en charges particulières Projet de soins personnalisé Psychiatrie Qualité et sécurité de l’environnement Risque infectieux Risque transfusionnel Risques professionnels Santé publique Satisfaction des usagers Sécurité des biens et des personnes Sortie du patient et coordination de la prise en charge Spécialités SSR Stratégie de l’établissement Système d’information Urgences